Interview d'un détenu mineur dans le Journal des Grandes Ecoles

Nous sommes fiers de vous annoncer la publication d'un article dans le N°85 du Journal des Grandes Ecoles à propos de notre association, centré autour de l'interview réalisée auprès d'un des détenus que nous rencontrons régulièrement.

 

Bonne lecture ! 

 

 

0 commentaires

Objectif atteint pour la campagne de Crowdfunding !

Notre campagne de Crowdfunding s'est terminée hier soir : c'est un succès puisque grâce à vous nous avons dépassé notre objectif de 2000€. Nous vous adressons donc un grand MERCI pour votre soutien ! Nous allons pouvoir financer la prochaine édition du Livret de Sortie et permettre à de nombreux détenus mineurs de bénéficier de cet outil simple pour retrouver ses repères en sortant de prison.

0 commentaires

Nouveauté 2018 : les entrainements de foot !

Ces entraînements de foot sont l’aboutissement du partenariat que nous avons reconstruit cette année avec le Centre de Semi-Liberté d’Haubourdin, en lien avec la Maison d’Arrêt de Sequedin. Un détenu s'est ainsi porté volontaire pour 3 entraînements avec l'association : le plaisir de jouer et d’échanger avec lui n’en fut pas moindre. Il était très motivé.

 

Pendant 3 jours, nous avons joué 2 heures sur le terrain en libre-accès situé à Lille. Des enfants du quartier se sont joints à nous pour notre plus grand bonheur.

 

Nous avons hâte de renouveler ce type de sortie sportive avec les semi libres d’Haubourdin dès septembre prochain !

0 commentaires

Intervention spéciale - Journée Santé à l'EPM

Cette intervention était organisée en partenariat avec d’autres associations bénévoles dans le but de sensibiliser les jeunes détenus aux risques liés à une mauvaise alimentation ainsi qu’à la consommation d’alcool et de stupéfiants. Tom, Hugo, Alexis, Chloé et Quentin se sont rendus dans le gymnase de l’EPM pour monter un stand smoothie, de fraise kiwi à orange banane, que les détenus venaient goûter à l’issue de leur exercice physique. Nous avons reçu la visite de la directrice de la SPIP du Nord.

Les détenus étaient contents de pouvoir les goûter et nous ont dit apprécié le format de cette journée « qui change de l’ordinaire » avec en toile de fond une vraie réflexion sur les voies et moyens pour adopter une vie plus saine. A 15h, le dernier groupe de détenus ayant quitté le gymnase, nous en avons profité pour ranger et parcourir les différents stands à notre tour. Nous avons remercié Amar pour l’organisation de toute cette journée et plus largement sur le parfait déroulement des interventions de l’année. Nous sommes ensuite rentrés quelque peu nostalgiques avec l’achèvement de cette belle année.

 

0 commentaires

Crowdfunding de l'Ombre et la Plume

L'Ombre et la Plume vient de lancer une campagne de Crowdfunding. Le but ? Financer notre Livret de Sortie pour la réinsertion des détenus mineurs :)

 

Pour cela nous avons besoin de vous : n'hésitez pas à nous aider et à en parler autour de vous en partageant le lien avec vos proches ou votre entourage !

 

Plus d'infos ici : https://fr.ulule.com/detenus-mineurs/

0 commentaires

Intervention PDC

Aujourd'hui c'est journée cinéma pour les détenus de l'EPM de Quiévrechain !

C’est une intervention spéciale puisque Chloé et Matthieu de l'Ombre et la Plume sont accompagnés de Cloé et Jeanne, membres de Prix de Court, l'association organisatrice du Festival Européen du Cinéma, un festival lillois autour du court métrage. L’idée est de leur projeter trois courts-métrages, souvent très engagés, pour ensuite débattre avec eux sur les messages délivrés.

 

Le premier court métrage met en scène une jeune fille voilée de cité qui se voit pervertie par une « blonde délurée » anciennement abusée par son père. Wow. L’air grave, l’ambiance presque pesante, nous tentons de nous la jouer critique ciné pour apaiser le tout.

 

C’est avec le deuxième court-métrage, « Noyade interdite » que nos chers détenus vont se lâcher. Alors qu’on entre dans un monde où tout serait achetable en pièces, de la femme objet sexuel à l’eau de sa douche, le groupe reste malgré tout rigolard et même turbulent. Les premières minutes dévoilant une scène quelque peu Olé Olé, on ne les arrête plus. Peut-être est-ce grâce à cette subtile entrée en matière qu’on aboutit finalement à un échange plutôt intéressant : ils évoquent leurs rêves d’enfants, encore jamais réalisés. Militaire pour l’un, footballeur pour l’autre, c'est un moment très touchant.

 

 

On conclut cette intervention par un échange avec l’éducateur qui nous félicite pour cette idée et nous invite à la renouveler prochainement (il faut dire qu’il aime aussi prendre part à nos intervention, communiquant sa motivation pour les débats à nos détenus).

0 commentaires

S'évader avec Laurent Jacqua le temps d'une conférence

L'Ombre et la Plume a reçu Laurent Jacqua à l'EDHEC pour une conférence extraordinaire : durant une heure très intense il a pu partager son parcours et son avis sur l'état du système carcéral français avec les étudiants. Un témoignage à la fois drôle et enrichissant !

Nous sommes lundi 12 février, il est 12h et les étudiants remplissent peu à peu l'amphi VIP. Une fois tous installés, notre curiosité ayant laissé place au silence, la conférence peut commencer.

Laurent Jacqua, ancien détenu au parcours carcéral agité et semé de multiples évasions, commence par introduire l'état actuel du système carcéral. C'est un sujet toujours d'actualité puisque les mesures prises par le gouvernement se multiplient. C'est d'ailleurs l'occasion pour lui de nous donner son premier avis : "créer une unité spécialement pour les terroristes, c'est stupide. Enfermez deux fans de pêche ensemble, et devinez : de quoi parleront-ils ? De pêche. Ici c'est la même chose, le phénomène ne fera que s'amplifier, c'est d'ailleurs comme ça que s'est progressivement créé Daesh".

Les premières années à Fleury Merogis

Il nous explique ensuite en quoi le premier pas que vous faites dans une prison vous change à jamais. En 1985, alors âgé de 18 ans, il intègre la plus grande prison d'Europe : la maison d'arrêt de Fleury Merogis. Et c'est là que tout s'accélère : à peine entré des ces grands bâtiments, on lui ôte tous ses vêtements sous les yeux de 3 gardes et on lui attribue un numéro d'écrou dont il se souviendra toute sa vie : "138496Q". Le phénomène de déshumanisation et d'humiliation commence alors sa métamorphose.

Celle-ci se poursuit lorsqu'il découvre la celle "individuelle" qu'il doit partager avec un autre détenu, dans laquelle il dormira par terre durant 6 mois. Mais dès sa première journée il n'est pas au bout de ses surprises : les sorties en balade consistent à sa faire tabasser et à lui faire comprendre que pour survivre ici, il faudra être le plus violent. C'est d'ailleurs cette spirale de violence qui justifie selon lui les 60% de récidive en France : c'est un engrenage.

Ce cercle vicieux le pousse à penser que "si on le traite comme un chien, alors il sera le chien le plus féroce". Il n'a alors plus qu'un seul objectif en tête : s'évader. Il s'attarde ainsi à nous raconter une de ses multiples évasions : il réussit à faire rentrer des armes dans sa cellule, trafique son ampoule pour feindre une panne d'électricité et une fois les "matons" entrés dans sa cellule, son co-détenu et lui-même leur sautent à la gorge et c'est ainsi que s'enchaînent prises d'otages et cavales.


La lecture pour s'évader

Le problème est qu’à chaque évasion, il ne récupère pas sa liberté, mais s’en éloigne un peu plus. Ses cavales se font de plus en plus violentes, rythmées par des braquages incessants pour survivre, et des retours en prison. Ce sont finalement ces 5 ans passés en isolement, dans le noir, avec un rat pour seul et unique contact, qui le font réagir. C’est grâce à l’intervention d’un professeur de philosophie de l’université Paris VII qu’il découvre que sa véritable évasion débutera bel et bien entre ces 4 murs : grâce à l’écriture.

Les choses s’accélèrent : il découvre Tolstoï, Céline,… et décide que c’est à son tour de s’exprimer. Il réussit alors à tenir illégalement le premier blog d’un prisonnier et sa révolte va vite se diffuser : "Je ne dors plus, je ne mange plus, je meurs, j’agonise et je n’ai plus de force, de résistance. […] Personne ne s’inquiète, je meurs en cellule seul comme un chien". En effet, il raconte son histoire, celle d’un homme qui découvre la violence inévitable en prison et qu’on laisse mourir à petit feu.

C’est ainsi qu’après une vingtaine d’années de détention commence sa plus belle évasion : en 2002, il publie son premier livre La guillotine carcérale, silence on meurt [Extrait], il obtient un DAEU littéraire, donne naissance à un « bébé parloir », co-écrit un titre aux côtés de Grand Corps Malade ; tout un parcours qui lui vaudra une libération conditionnelle (et définitive) en 2010.

A ce stade de la conférence, on comprend bien que survivre en prison n’est pas chose facile. Quelle est donc notre surprise lorsque on l’entend dire qu’ il est "contre toute forme d’amélioration du confort en prison". En effet, sa conclusion est la suivante : lorsque suite aux émeutes de 1980 le gouvernement a introduit la télévision dans les cellules, ils pensaient améliorer le confort, mais ils n’ont fait qu’endormir le réel problème qui est le manque de suivi, de soutien et surtout de culture en prison car selon lui : "l'ignorance est "le pire crime contre l'humanité"". Il souhaite que l’Etat arrête d’enfermer les "petits délinquants", mineurs tombés dans le traffic, et qu’il installe des mesures solides de réinsertion pour ces jeunes qui ont toutes leurs chances de retourner dans le droit chemin.

C’est avec une certaine émotion que Laurent Jacqua termine son récit et laisse place aux multiples questions qu’il a éveillées chez de nombreux étudiants. Après une heure de conférence, les paroles du titre Le bout du tunnel prennent alors tout leur sens :

 

"Avant je m’évadais au pistolet,

Maintenant je m’évade à l’épistolaire"

 

Vous pouvez retrouver des extraits du live de la conférence sur notre Facebook ou bien en apprendre plus sur Laurent Jacqua dans cette vidéo.

0 commentaires

Partenariat avec le Journal des Grandes Ecoles

L'Ombre et la Plume est fière de vous annoncer son partenariat avec le Journal des Grandes Ecoles !

 

Le Journal des Grandes Ecoles a été créé en 1996. Avec 4 numéros par an, il touche un grand nombre de managers et surtout d'étudiants : il est distribué sur plus de 200 campus universitaires ou d'Ecoles d'Ingénieurs et de Commerce.


Aujourd'hui, le Journal des Grandes Ecoles s'associe à l'Ombre et la Plume pour parler de notre engagement associatif en prison et pour faire connaître notre livret de sortie

 

A bientôt pour la distribution de la prochaine édition !

0 commentaires

Intervention spéciale avec TEE, l'association promouvant l'entrepreneuriat à l'EDHEC

Pour cette intervention spéciale avec Total EDHEC Entreprendre, direction l’unité 1 où Leo et Tom nous attendent le sourire aux lèvres avec Maximilien, leur éducateur qui souhaite participer à l’intervention avec nous. Tout le monde est super détendu dès le départ, ça sent l’inter au top ! Nous formons deux équipes : Maximilien, Tom, Alban (TEE) et Juliette (OP) contre Leo, Eléonore (TEE), Rabia (OP) et Léa (OP). La tension monte !

 


QUI VA BIEN POUVOIR CREER LA MEILLEURE START UP ?

TEAM 1 : MLES KASSPA

Tom veut créer, non sans humour, la start-up MLES KASSPA. Il vendra des paires de lunettes avec des branches qui peuvent se décrocher et se raccrocher "parce que les branches se cassent super rapidement et des lunettes, c’est super cher !".

 

Le dynamisme d'Alban est contagieux, Tom est à fond et commence à décrire le projet sur papier. Il n’hésite pas à se tourner vers Maximilien pour qu’il corrige ses fautes d’orthographes, leur complicité est étonnante.

 

Tom nous explique l’importance des mots qui vendent bien comme : produits révolutionnaires, solidité incroyable, super opportunité, produit de qualité ou innovation. "Faut que ça claque ! C’est ça le commerce !".

Ensuite, il nous fait la description des plusieurs segments de clients. "Nous allons viser les jeunes enfants et les très vieux donc les personnes de 7 à 77 ans".

 

Juliette est élue experte comptable après avoir calculé 5% de 200€. Alban s’occupera lui du marketing "parce que franchement 100*160 ça ne fait pas 1 600, même moi j’le sais, donc la finance c’est mort pour toi".

TEAM 2 : EASY FOOT

Leo crée une application en rapport avec son sujet préféré : le foot. Elle permet de trouver des joueurs à proximité avec qui jouer et de les noter ensuite pour, après quelques temps, pouvoir choisir des joueur avec un niveau similaire.

 

Il est très motivé et écrit tout tout tout seul. Tom, bien que concentré sur ses lunettes, est même jaloux de lui. Leo trouve alors un nom pour son appli : Easyfoot !

 

Et tel un vrai élève en école de commerce, il réfléchit à la commission qu’il pourra toucher, au prix de chaque catégorie, au client type, au marché ...

 

Toute son équipe est très impressionnée et à la fin, Leo se motive pour préparer son pitch. C’est super de le voir aussi concentré pour impressionner tous les membres de l’intervention.

 

Au final, il nous confie sa feuille et nous dit : "quand je sortirai, je crée l’appli avec votre aide ! Je vous fais confiance pour pas me voler mon idée !" 


Les deux détenus reçoivent des tonnes d’applaudissements. Eléonore et Alban parlent des 500 élèves avec qui ils ont travaillé et confient combien ils sont impressionnés par les idées des deux  détenus. Les jeunes sont hyper fiers et ça nous fait vraiment du bien !

 

Retrouvez le témoignage du détenu de la Team 1 dans l'article du Journal des Grandes Ecoles consacré à L'Ombre et la Plume à paraître en Mai !

 

 [Les noms des détenus ont été modifiés pour préserver leur anonymat]

0 commentaires

Témoignage exceptionnel de Laurent Jacqua à l'EDHEC

Laurent Jacqua vient témoigner juste pour vous lundi 12 février à 12h à l'EDHEC : c'est l'occasion rêvée de découvrir la vie et le parcours d'un ancien détenu, devenu aujourd'hui écrivain et philosophe.

 

Laurent Jacqua a passé 25 ans en prison et à sa sortie en 2010, il s'engage aurpès d'associations liées au milieu carcéral. 

 

Son expérience hors du commun est source d'inspiration, aussi bien pour alimenter son blog "Vue sur la prison" que pour d'autres artistes comme Grand Corps Malade dans "Le bout du tunnel".

 L'Ombre et la Plume vous attend nombreux pour cette conférence qui s'annonce plus qu'enrichissante !

 

Lien vers l'évènement : https://www.facebook.com/events/684285985294153/ 

 

0 commentaires

Concert de musique classique de l'Ombre et la Plume : retour sur un moment magique

C'est avec joie que L'Ombre et la Plume a reçu Bertrand Cervera et Claire Cervera pour un concert de musique classique le mercredi 31 janvier à l'EDHEC Business School. Une parenthèse musicale avec deux virtuoses pour financer notre projet : le livret de sortie.

L'amphi enfin prêt, les spectateurs entrent petit à petit dans la salle : 120 personnes s'installent ! Tom Cizeron, président de l'association, débute ce concert avec un petit discours. Il nous rappelle le projet de l'association - aider à la réinsertion des détenus de la région lilloise - et le but du concert : récolter des fonds pour éditer notre livret de sortie pour les prisonniers.

Un moment musical magique

Bertrand Cervera et sa fille entrent en scène et démarrent avec la Chaconne de Vitali. Alors que Claire Cervera se bat avec ses partitions qui ne restent pas en place, Bertrand Cervera l'écoute attentivement lorsqu'elle lui chuchote la prochaine oeuvre du programme. Une belle complicité.

Le virtuose du violon prend le temps entre chaque morceau de raconter une anecdote sur le compositeur ou l'oeuvre, et transparait ainsi sa passion pour la musique. Il insiste sur l'importance des pianistes, parfois négligée mais sans qui "les concerts comme celui-ci ne pourraient jamais avoir lieu".

Le public totalement conquis

Petit à petit, les membres de l'Ombre et la Plume se détendent, Bruno Mayeur a le sourire aux lèvres : la qualité du concert est, comme prévu, exemplaire et dynamique ! Dans la salle on entend même dire "vraiment génial, je ne pensais pas autant rire à un concert de musique classique".

Oblivion de Piazzola leur donne envie de danser, Cinema Paradiso de rêver, La Liste de Schindler les émeut ... Les spectateurs sont impressionnés ! Enfin, après un Czardas explosif, toute la salle est debout. Tous nous confient : "C'était incroyable, de la haute voltige ! Bertrand Cervera est tellement à l'aise sur scène ! Vraiment un concert magnifique, bravo !"

Bertrand Cervera lui aussi conquis ... par l'Ombre et la Plume !

Bertrand Cervera remercie alors le public, ainsi que l'association l'Ombre et la Plume. Pour lui, c'est "la meilleure association de l'EDHEC [on ne lui a même pas demandé de dire ça!], il faut des jeunes qui se battent pour des valeurs aussi belles et authentiques, pour la solidarité".

 

Nous souhaitons encore une fois remercier toutes les personnes présentes, ce concert n'aurait jamais pu avoir lieu sans vous !

 

Toute l'équipe de l'Ombre et la Plume

0 commentaires

L'Ombre et la Plume vous invite à son concert d'exception

Envie de mêler bonne action et évasion musicale ? Alors n'hésite plus, l'Ombre et la Plume a l'événement qu'il te faut !

 

Le violon solo de l'Orchestre National de France et une pianiste hors pair viennent à l’EDHEC vous faire passer un moment de grande qualité. N'hésitez plus !

 

Pourquoi ce concert ? À l'OP, on aide les jeunes mineurs à préparer leur réinsertion dans la société. C'est pourquoi on leur a créé un Livret de sortie qui regroupe tous les tuyaux nécessaires pour se débrouiller dans la vie courante dès la sortie de prison.

 

Pour nous aider à financer accomplir ce projet quelque peu onéreux, viens assister à ce concert le 31 janvier !
Tu ne regretteras pas de profiter de ce concert de qualité !

 

0 commentaires

Contact:

Association l'Ombre et la Plume

24 Avenue Gustave Delory

59057 Roubaix

FRANCE

Tel. : 06  59 73 64 85 (Présidente de l'Association)

Mail: ombretplume@edhec.com